Le projet Saint-Vincent-de-Paul

Unique et emblématique du 14ème arrondissement, le site de l'ancien hôpital Saint-Vincent-de-Paul bénéficie de forts atouts pour être transformé en un quartier à la pointe des enjeux environnementaux et sociétaux, tout en conservant sa dimension patrimoniale. Avec la vocation de devenir un « jardin habité », ce site ouvert profitera à tous les riverains et aux Parisiens dans leur ensemble.

Le site

Au nord du 14ème arrondissement, le site se situe à l'interface des grandes emprises hospitalières de Port-Royal et Cochin et des quartiers « Campagne Première » et Montparnasse, aux constructions pittoresques et aux nombreux ateliers d’artistes.

Cet ancien site hospitalier de 3,4 hectares est entouré par des institutions à vocation religieuse, caritative ou culturelle : le couvent de la Visitation, l’Œuvre des Jeunes Filles Aveugles, l’Hospice Marie-Thérèse et la Fondation Cartier pour l’art contemporain. Ces emprises sont agrémentées de vastes espaces verts privés protégés en cœur d’îlot et visibles en partie depuis le boulevard Raspail et la rue Boissonade.

 Localisation du site Saint-Vincent de Paul, 14e arrondissement de Paris

 

Etat des lieux du site en 2014

 

Seize bâtiments occupent aujourd’hui le site. L’hétérogénéité des constructions témoigne des étapes du son développement, depuis le 17ème siècle avec les bâtiments de la Congrégation de l’Oratoire perceptibles avenue Denfert-Rochereau jusqu’aux lourdes transformations du 20ème siècle sur la moitié ouest du site : maternité « Adolphe Pinard » (1934), cliniques médicales infantiles « Marcel Lelong » (1955-1959) et bâtiment de chirurgie « Pierre Petit » (1970). Depuis 2010, les bâtiments ont été libérés et les activités hospitalières ont été redéployées sur les sites Cochin et Necker.

Le site est aujourd'hui la propriété de l’Assistance Publique et des Hôpitaux de Paris (AP-HP). Il reste occupé de manière temporaire par l’école des sages-femmes et par l’association Aurore à laquelle a été confiée la gestion du site dans  l'attente des travaux. Plusieurs unités d'hébergement d’urgence et d'accueil sont ainsi installées ou en cours d'installation. En attendant sa transformation, le site de Saint-Vincent de Paul fera l’objet d’une grande « préfiguration » : il sera occupé par divers acteurs du monde associatif et artistique de manière temporaire afin de le faire vivre avant les travaux, et de le faire découvrir aux Parisiens.

La richesse patrimoniale

  • Des premières études ont permis de cerner les grands objectifs de réaménagement et les capacités d'évolution du site, au regard de sa richesse patrimoniale notamment.

L'étude confiée au Groupe de Recherche Art Histoire Architecture et Littérature a permis d’identifier et de dater les grandes campagnes de construction et d’aménagement depuis sa constitution au milieu du XVIIème siècle jusqu’à nos jours.

On peut ainsi distinguer :

le front bâti historique sur l’avenue Denfert-Rochereau. Cette séquence, constituée des bâtiments de l’ancien noviciat de l’Oratoire (1650) et des bâtiments dits des services généraux de Pierre Robin (1880-1883), présente une grande cohérence historique qu’il convient certainement de préserver et de valoriser,

- le front bâti historique sur l’avenue Denfert-Rochereau. Cette séquence, constituée des bâtiments de l’ancien noviciat de l’Oratoire (1650) et des bâtiments dits des services généraux de Pierre Robin (1880-1883), présente une grande cohérence historique qu’il convient certainement de préserver et de valoriser;

- la perspective originelle centrale du jardin d’agrément du noviciat de l’Oratoire (1655-1657), bordée par les bâtiments des « Divisions » (1836-1838) de l’internat érigées de part et d’autre et destinées à accueillir les orphelins de l’hospice Saint-Antoine, qu'il pourrait être intéressant de restituer ;

- plusieurs bâtiments témoins des grandes évolutions du site et de la fonction hospitalière, à savoir la Chaufferie (1934) et sa cheminée située dans l’axe de l’entrée sur l’avenue Denfert-Rochereau, et la maison des Médecins (1886) caractéristique des bâtiments de la fin du XIX° siècle, et dont la petite échelle fait écho aux bâtiments de la rue Boissonade implantés en limite séparative.

  • A contrario, semble moins opportune la conservation de quelques bâtiments dont le degré d’intégrité et d’authenticité est très faible :

    - le bâtiment Adolphe Pinard (1934 et 1974) altéré par la construction d’un parking ;
    - la Lingerie (1838) qui a subi d’importantes modifications à la fin du 19ème  siècle ;
    - le bâtiment Pierre Petit dont la construction en 1970 a entrainé la démolition quasi-totale des « Divisions » ;
    - le pavillon Jalaguier (1893-1897) profondément remanié à travers le temps ;
    - les bâtiments Colombani (1983-1987), Lepage (1977) et Rapine (1983-1987) qui bien que dans leur état d’origine ne présentent pas d’intérêt particulier au regard de l’évolution historique du site.

> Consulter les études patrimoniales

L'étude de capacité en vue d'une l'évolution du PLU

Dans la perspective d’une reconversion complète du site Saint-Vincent-de-Paul, la Ville de Paris a confié une étude de conception urbaine à un groupement pluridisciplinaire. L'équipe regroupe des compétences en architecture et urbanisme, paysage, études techniques, montage d’opération et concertation, et sont mandataire est l’atelier Xavier Lauzeral, architecte urbaniste.

Les objectifs urbains assignés à cette étude visent :

  • la réalisation d’un nouveau quartier résidentiel à haute qualité environnementale devant favoriser le désenclavement du site par des liaisons douces et vertes,
  • et la mise en valeur du patrimoine historique le plus intéressant. 

Cette étude a  notamment permis à la Ville d’engager les discussions avec l’AP-HP, propriétaire du site, à partir de capacités concrètes des nouveaux programmes et aussi d’échanger avec le Service Territorial d’Architecture de Paris (STAP), compétent en matière de protection patrimoniale au titre du site inscrit de Paris.

> Consulter les trois volets de l'étude

Ces expertises croisées permettent de conforter les objectifs urbains initiaux et de faire émerger les principales orientations d’aménagement du site qui s’attachent à mettre en valeur les caractéristiques du site et son environnement tout en restant compatibles non seulement avec les exigences de la Ville en matière de production de logements, mais aussi avec celles de l’AP-HP et du STAP.

Ces orientations trouveront une première traduction dans le PLU dans le cadre de la procédure de modification générale qui est en cours.

Le calendrier du projet

La Ville désignera l'équipe de maîtrise d'oeuvre urbaine à l'été 2015 avant le démarrage du second cycle de concertation durant l'automne. 

Les enjeux

Les premières études ont permis de dégager des enjeux partagés par tous, qui serviront de base à la concertation : 

  • améliorer le fonctionnement du quartier et notamment les liaisons,
  • réparer les rives de l’îlot, en apportant une attention particulière aux façades sur rue,
  • révéler le cœur d’îlot et faire de la végétation un élément clé du projet,
  • préserver l’environnement en veillant à la dimension paysagère du projet, aux économies d’énergie, à la gestion de l’eau et des déchets…
  • valoriser le patrimoine de ce site riche d’histoire,
  • accueillir de nouvelles constructions en travaillant sur le rapport entre le bâti et le végétal,
  • réfléchir à la programmation mixte des 60 000 m² envisagés.

Les principaux objectifs

  • créer un quartier à dominante logement, ouvert sur la Ville et favorisant la mixité sociale,
  • mener une démarche environnementale ambitieuse et exemplaire et faire de Saint-Vincent de Paul un éco-quartier novateur, symbole des nouvelles manières d'habiter à Paris,
  • penser les espaces publics et les espaces libres comme des espaces fortement plantés ou végétalisés en lien avec les grands espaces verts mitoyens, que ce soit sur les toits, le sol ou les façades,
  • valoriser le patrimoine et l’histoire du site.


> En savoir plus